fbpx

Secrets du monde – des poudres végétales pour soigner vos cheveux !

L’été est (presque) fini les filles ! Certes, on s’est bien amusées, mais je suis certaine que vos cheveux ont beaucoup souffert - un classique de l’été. Parce qu’ils ont certainement été agressés entre les baignades en mer et le sel,  la piscine et son chlore,  et le soleil, il est important de les soigner pour éviter l’effet paille. Il est surtout temps de leur refaire une beauté pour la rentrée : c’est pourquoi, on va parler de poudres ayurvédiques pour les cheveux, très tendances ces derniers temps. 

Pourquoi ces poudres sont-elles devenues des produits incontournables et indispensables pour prendre soin de vos cheveux ? 

Pour en connaître la réponse, un petit détour en Inde, en Amérique du Sud ou encore en Afrique du Nord s’impose.


Le secret des Indiennes

On le sait toutes, les femmes indiennes sont magnifiques ; ces reines de beauté se distinguent par leur chevelure soyeuse, intense et brillante.

Dans leur rituel de beauté, les femmes indiennes utilisent une multitude de poudres ayurvédiques.

Embellir et fortifier les cheveux, stimuler la pousse, apporter volume, brillance et éclat, réguler les cuirs chevelus gras, lutter contre les pellicules, démêler et lisser… ces poudres sont une solution naturelle et efficace à toutes les problématiques capillaires.

Certaines de ces poudres comme la poudre de Shikakaï, de Reetha, de Sidr ou encore de Bhringaraj ont même des propriétés lavantes… Elles peuvent donc parfaitement remplacer un shampooing !

  D’autres poudres (en compléments de certaines huiles comme l’huile de moutarde, l’huile de coco ou l’huile de ricin) stimulent le cuir chevelu et favorisent la pousse.

  C’est le cas de la poudre de Kachur sugandhi, d’Amla, d’Ortie piquante, de Moringa et de Brahmi qui vont totalement régénérer vos cheveux.

    Vous voulez une chevelure de sirène pour cet été ?

Appliquez sur cheveux mouillés un masque avec l’une de ces poudres, masser le cuir chevelu, laissez poser au moins 2 heures, lavez et admirez !


Du côté de l’Amérique du Sud...

Cependant, certaines crinières peuvent être plus ou moins difficiles à dompter…et les Brésiliennes peuvent en témoigner.

Parmi les secrets de beauté des femmes d’Amérique du Sud, la poudre de Ginseng est l’un des mieux gardés.

En effet, pour leur sublime et volumineuse chevelure, les sud-américaines utilisent cette poudre reconnue pour ses propriétés apaisantes et fortifiantes ; la poudre de Ginseng fortifie même les bulbes capillaires !

Autre secret bien gardé des brésiliennes, c’est la Maïzena (farine de fécule de maïs).

Et oui, c’est beaucoup moins glamour mais c’est tout aussi efficace.

Figurez-vous que la Maïzena est un produit riche en fibres, en minéraux et en antioxydants ; des propriétés non-négligeables pour la bonne santé de nos cheveux.

Elle apporte brillance, nutrition, hydratation et souplesse aux cheveux ; elle contrôle les frisottis des cheveux bouclés et frisés ce qui facilite fortement leur coiffage.

      Pour voyager au Brésil en période de Covid, vous n’avez qu’à vous rendre dans votre cuisine

Sur les bords de la Méditerranée

Le miel et l’huile d’olive sont les stars des recettes de grands-mères qu’on trouve dans notre cuisine. Ces deux ingrédients sont les indispensables produits de beauté méditerranéens. 

    Pour leurs boucles exotiques et denses, les femmes d’Afrique du Nord utilisent également de la poudre de noyaux de dattes. Le dattier est utilisé dans les produits de soins capillaires car son amande est riche en acides gras essentiels, en acides aminés, en protéines et en céramides, des composants similaires à ceux qui constituent la fibre pilaire.      

Ses vertus sont alors multiples : elle redonne de la vitalité, de la douceur et de la force aux cheveux abîmés (secs, cassants...) et nourrit en profondeur.

Vous voulez tester ?

Mettez des noyaux de dattes au four pendant 30 min puis mixez-les pour pouvoir en faire de la poudre.

Réfléchissez-y à deux fois avant de manger une datte !


Finalement, vous avez pu constater que l’utilisation de poudres dans vos masques capillaires est primordiale pour la beauté et la santé de vos cheveux.

     Et vous chères lectrices, avez-vous des secrets de beauté à partager ?

Mode : Notre sélection de livres

L’été est enfin au rendez-vous. Il est donc temps de sortir vos meilleurs outfits, maillot de bain, direction la plage pour une journée détente. Et parce qu’on s’est dit quoi de mieux que de bouquiner pour se relaxer sous le soleil, on a sélectionné pour vous, nos passionnés de modes, des livres de modes à lire sans modération durant vos bronzages.

Berçons notre été avec les plus célèbres créateurs, leurs histoires ainsi que leurs créations qui font tourner des têtes depuis des années.






Le Musée de la Mode

De Coco Chanel à Alexander Wang, d'Helmut Newton à Richard Avedon... Le Musée de la Mode retrace toute l’histoire de la mode, de ses couturiers à ses photographes en passant par ses muses. Racontant près de 200 ans de création et traitant de plus de 500 noms cultes classés par ordre alphabétique, l’ouvrage est assurément le must have mode à posséder cet été. 

L’art de la mode de Catherine Ormen


Savez-vous ce qu'est une robe à la française ? 

Et le drapé de Madeleine Vionnet, qui inspira Azzedine Alaïa ?

Connaissiez-vous Rose Bertin, la styliste perso de Marie-Antoinette ? 

Avec ses 600 illustrations, du XVIIIe siècle à nos jours, ce livre explore la mode sous toutes ses coutures.

Les Catwalk des Maisons de couture

Le défilé de mode est l’événement le plus prisé de l’année pour les fans de mode comme nous. Avoir une place vaut de l’or, notamment pour les plus célèbres maisons de couture. Alors rendons accessible cela par les ouvrages qui retracent toutes les collections de leurs naissances à nos jours tels que Chanel défilés, YSL , Prada , Louis Vuitton etc. 




100 idées qui ont transformé la mode

Il existe également d’autres livres concernant la mode, plus explicatifs. Ceux-ci valent la peine d’être lus, autant pour rire que pour comprendre les enjeux de la mode. Créateurs, mannequins, presse, tout le monde doit pouvoir trouver son camp. Dans un monde qui demande sans cesse du renouvellement, il est parfois compliqué de garder sa propre ligne de vision.

J’adore la mode mais c’est tout ce que je déteste de Loïc Prigent

Icône incontournable dans le domaine de la mode, Loïc Prigent nous révèle dans ce livre tous les mots et expressions qu'il a entendus lors de ces rencontres du monde de la mode. Ainsi il se proclame porte-voix de cette fashion comedy. Un ouvrage qui ravira autant les fans de mode... que ceux qui la détestent. 



Les secrets de la mode de Yann Kerlau


Ils sont moins d’une vingtaine aujourd’hui dans le monde à tenir les rênes du marché de la mode. Ils ont pour nom Balenciaga, Christian Dior, Yves Saint Laurent, Ralph Lauren, Calvin Klein, Vivienne Westwood, Stella McCartney etc. Ils ont libéré les femmes, créé des tendances, changé le regard que nous portons sur nos contemporains, révolutionné les mœurs. Ils ont aussi créé autant d’empires sur la planète.

Derrière chacun de ces noms, il y a une réussite. Derrière chacun de ces noms, il y a un secret.

Qui a inventé le défilé de mode ? Qui libéra vraiment les silhouettes des femmes ? Comment fut créé le marketing ? Pourquoi le sac est-il devenu un marqueur social ?

Yann Kerlau, qui a travaillé pendant plus de quinze ans dans le domaine du luxe et de la mode (notamment pour Gucci et Yves Saint Laurent), a choisi de nous présenter les destins hors normes de dix-huit créateurs et de nous faire découvrir les clés de leur succès.

ÉTÉ 2021- QUE FAIRE À PARIS ?

Avec les températures estivales que nous promettent ces prochains mois, la réouverture des restaurants, terrasses, cinéma, et les musées, ainsi que la fin du couvre-feu, Paris semble enfin retrouver ses habitants et ses touristes. Nous vous proposons pour cet été, les activités incontournables à (re)découvrir dans la capitale, pour célébrer le déconfinement, et explorer de nouveau les pépites dont regorgent Paname.

Faire les expositions du moment :

Après des mois de fermeture, il est temps de retrouver nos musées et leurs expositions inédites. On vous promet un été rempli d’art, culture et passion :

  • Exposition Pinault à la Bourse de Commerce 

À l’occasion de la transformation de ce monument historique en musée, vous pouvez découvrir l’une des plus belles collections du monde, celle du grand amateur d’art François Pinault.  Selon ce dernier, ce musée sera "un lieu ouvert aux interventions des artistes, comme à Venise, et qui aura une vocation éducative et pédagogique en faveur des publics les plus divers et surtout de ceux qui sont habituellement éloignés de l'art contemporain”.  On vous conseille donc de réserver au plus vite votre place pour admirer les œuvres spectaculaires, dont les fameuses sculptures en cire d'Urs Fischer qui fondent devant les visiteurs, jour après jour. 

Crédits : Christophe ARCHAMBAULT - AFP
  • Exposition Yves Saint Laurent : Les coulisses de la haute couture à Lyon 

Jusqu’au 5 décembre 2021, une exposition exclusive se tient dans la maison de couture historique du créateur, près des Champs Élysées. Elle se déploie un parcours centré sur sept entreprises lyonnaises qui ont collaboré avec Yves Saint Laurent lui-même pendant sa carrière. Au cœur de leur activité, l’on retrouve le travail du textile, un savoir-faire absolu que le monde entier nous envie. À travers une trentaine de modèles haute couture, l’exposition Yves Saint Laurent : les coulisses de la haute couture à Lyon explore d’une nouvelle façon le processus créatif du couturier.

  • « Azzedine Alaïa, Peter Lindbergh » , l’exposition mêlant mode et photographie.

La fondation Azzedine Alaïa présente le travail du couturier du même nom et de son ami photographe Peter Lindbergh, à travers 50 photographies et 32 tenues, portées par les plus grandes icônes et top-modèles de notre époque telles que Tina Turner, Marie-Sophie Wilson, ou encore, Naomi Campbell.

Vous avez jusqu’au 14 novembre pour explorer cette exposition unique ! Alors réservez vite votre billet sur le site de la fondation !

Naomi Campbell, Paris, 1992 – © Peter Lindbergh (Courtesy Peter Lindbergh Foundation, Paris)
  • L’exposition  «Jean» , dédiée au vêtement le plus porté au monde,  à la Cité des sciences et de l’industrie

Le jean est clairement un intemporel mode et un indémodable de nos garde-robes, qu’il soit dans sa forme la plus « classique », en pantalon, ou bien en veste, chemise, ou encore en accessoire. Cette exposition retrace alors les grandes phases historiques traversées par ce vêtement iconique ; des mouvements politiques aux grands défilés de haute couture.

Le + de cette expo’ : en plus de découvrir l’histoire du jean, la Cité des sciences propose une réflexion plus poussée sur son impact écologique, et nous interroge sur le futur du jean quant à sa consommation dans un possible respect de l’environnement.

  • La Nuit des Musées 

Le samedi 3 juillet, plus de 1000 musées ouvriront exceptionnellement leurs portes jusqu’à minuit, tout en proposant gratuitement aux visiteurs des animations inédites, qui peuvent aller de conférences, à des visites commentées en passant par des ateliers d’initiation.  Pour cette 17e édition, vous avez la chance de découvrir, retrouver et admirer les œuvres dans les musées dans une ambiance exceptionnelle.

Une belle promenade Montmartre autour du Sacré Coeur

Pour découvrir Paris, quoi de mieux que de vous perdre dans les rues charmantes de Montmartre, autrefois fréquentées par les grands artistes français comme internationaux. Vous pouvez même visiter gratuitement la basilique du Sacré-Coeur et observer depuis ses escaliers un beau coucher de soleil sur les toits parisiens puisqu’elle offre une vue panoramique exceptionnelle sur notre capitale.  

Paris Plages

Comme chaque été, Paris transforme ses quais, et notamment ceux du Canal de l'Ourcq, en station balnéaire. Transats, sables et palmiers, habillent les rives parisiennes et des nombreuses activités sont proposées par la ville pour ceux et celles qui souhaitent passer un bon moment dans la capitale. Et c’est l’occasion pour vous les filles, d’alimenter votre Instagram ! 

Les Grandes Eaux Nocturnes du château de Versailles

Il s’agit d’un spectacle à voir au moins une fois dans sa vie ! Tout près de Paris, les somptueux jardins du château de Versailles s’animent tous les samedis à la tombée de la nuit. Revivez les soirées du Roi Soleil pour près de 2h30 de promenade accompagnée de musiques, effets pyrotechniques et de grands jets d’eau lumineux des fontaines du château. Un feu d’artifice exceptionnel depuis le Grand Canal   clôture ce spectacle féérique.

Alors les filles, n’attendez plus, et programmez dès maintenant vos sorties entre copines ou en famille ! 😊 

Greenwashing, quand vos marques préférées se mettent au vert.

Depuis quelques années maintenant, l'argument écologique est ainsi devenu de plus en plus utilisé par les marques de fast-fashion, leur permettant ainsi de toucher une cible toujours plus engagée.

Mais sont-elles réellement soucieuses de l’écologie et de leur impact sur la planète, ou cherchent-elles seulement à vendre toujours plus ?

Bien évidemment nous ne parlerons ici que des enseignes de fast-fashion et non des petites entreprises qui produisent pour la plupart du temps de manière réellement écologique et éthique.

Greenwashing, késako ?

On parle de greenwashing pour désigner les pratiques marketing utilisé par les marques pour refléter une image éco-responsable, alors qu’il n’en est rien. Beaucoup considère ainsi le greenwashing comme de la publicité mensongère puisqu’elle promet des biens, tel que des vêtements, des produits alimentaires ou encore des voitures plus "verts" et plus soucieux de l'environnement, alors que ce n’est généralement pas le cas. 

H&M collection Conscious considérée par beaucoup comme l'exemple même du greenwashing.

Pour lutter contre cette pratique, l’Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) et l’Autorité de Régulation des Professionnels de la Publicité (ARPP) tentent d’encadrer et de limiter l’utilisation abusif d’arguments considérés comme « verts » dans les publicités.

Il existe aussi certains labels qui permettent aux consommateur de savoir si le produit qu’il achète est réellement écologique. L’un des plus complet étant le label Global Recycled Standard (GRS) qui se concentre notamment sur l’utilisation de manières recyclé, avec un minimum de 50% de matières recyclés par produit, mais aussi sur l’étique de fabrication.

Ainsi les entreprises qui acquièrent le label sont soumis à un contrôle fréquent, et se soumettent à de nombreuses exigences, tant environnementales avec un contrôle de la consommation d’eau, d’énergie et la de la production de gaze à effet de serre, que sociales avec notamment la sécurité des travailleurs, l’interdiction du travail forcé ainsi que du travail des enfants, ou encore sanitaire avec l’encadrement de l’utilisation des produits chimiques.

Le paradoxe étant que les mastodontes de la fast-fashion que l’on connait tous, et qui sont ceux qui bénéficient du plus de moyen, notamment pour payer ces certifications environnementales, ne le font tout simplement pas, bien que ces marques continuent de s’auto-certifier et de se labeliser comme étant écologiques.

Campagne We Dress Fair lance son #duvraipasduvert pour lutter contre le greenwashing.

Écolo mais pas toujours éthique...

Si certaines marques choisissent réellement de produire une partie de leur collection de manière écologique, il se cache souvent de gros problèmes éthiques. On peut ainsi citer le travaille forcé des ouïgours ou encore des enfants, le tout dans des conditions déplorables. 

Le nombre de commande étant toujours plus important, dans des délais toujours plus court et des prix toujours plus bas, amène les usines à faire appel à des sous-traitants qui travailleront plus vite et pour moins chère, et ainsi combler les exigences des grands groupes, faisant par conséquent l’impasse sur l’éthique.

Bien que l’effondrement du Rana Plaza à Dacca au Bangladesh en 2013 ait ému le monde entier, et que certaines lois ait été prises, dans les faits aucunes mesures n’est appliquée et rien ne protègent ces ouvriers souvent vulnérables et exploités par leurs patrons.

Manifestation au Bangladesh suite à l'effondrement du Rana Plaza

Si je devais conclure ce sujet je vous dirai qu’il ne faut pas uniquement se fier aux belles promesses écologiques des marques, qui -les rares fois où elles sont réelles-, cachent souvent de gros problèmes éthiques.

Begin x Holyghetto

Aujourd’hui nous décidons de mettre un coup de projecteur sur Thyssina et Leila, deux jeunes femmes qui ont décidé de fusionner leur génie de la mode et leur créativité en créant leur première collaboration « BEGIN. X HOLYGHETTO ». 

Thyssina est une jeune étudiante ambitieuse et passionnée par la mode. Elle occupe le poste de Digital Project Manager au sein d’une agence de communication spécialisée dans le luxe à l’échelle internationale.

Avec “BEGIN.”, elle conçoit différentes pièces telles que des sweats et des t-shirts portant des messages.

Des messages aspirant les femmes à exprimer leurs valeurs à travers ce qu’elles portent.

En 2018, Leila crée sa chaîne Youtube « HOLYGHETTO » qui lui permet de cultiver un intérêt pour le montage vidéo. Aujourd’hui, elle est l’heureuse détentrice  de “KEEQ STUDIO” dans lequel elle nous fait part de son amour mais également de son talent en tant que Video Maker.

Et quand ces deux grands esprits se sont rencontrés... « BEGIN. X HOLYGHETTO » est née.

La collection propose un style streetwear féminin rempli d’une certaine légèreté et d’un caractère affirmé.

Nous avons eu le plaisir de les rencontrer et de questionner ces nouvelles fraîcheurs du streetwear parisien.

 Quels ont été vos parcours avant de créer « BEGIN. » et « HOLYGHETTO » ?

Thyssina : Auparavant, j’étais dans la communication. En 2018, j’ai intégré l’EIML Paris pour suivre un cursus en Marketing de Luxe.

Leila : Après le bac, j’ai fait du Droit et de la Sociologie. Ensuite, j’ai décidé d’entamer des études dans la Communication (…) Sur un coup de tête, j’ai créé ma chaîne YouTube « Holyghetto » ; j’ai découvert mon goût pour le montage et voilà… En janvier, ça fera 2 ans que j’ai lancé ma chaîne.

Les noms de vos marques ont-ils une signification particulière ?

Thyssina : « Begin » veut dire en anglais « commencer ». J’ai voulu rajouter un point pour marquer un renouveau, pour marquer un nouveau chapitre…c’est donc devenu « BEGIN. »

Leila : Au début, j’étais partie pour « Ghetto Flora » (rires) mais « HOLYGHETTO » me correspondait mieux (…) « Holy » veut dire en anglais « Saint » ; pour moi, c’est un rapport à ma foi religieuse. Et pour « Ghetto » (rires)...

Comment vous est venue l’idée de collaborer ensemble ?

Thyssina : En mai dernier, dans le cadre d’un devoir, notre professeur nous a demandé de travailler avec des influenceurs.

J’ai tout de suite pensé à Leïla ; je la connaissais à travers sa chaîne YouTube « Holyghetto ». Sa créativité m’a donné envie de travailler avec elle (rires).

Leila : (Rires) Dû coup, j’ai reçu un mail de Thyssina ; un long mail rempli d’enthousiasme, d’ambition… On s’est rencontrées et le feeling est super bien passé.

Quelle est votre pièce préférée de la collection BEGIN. X HOLYGHETTO ?

Thyssina : Hmm question difficile… Je dirais le Sweat Rose Rare Pearl. J’aime porter des vêtements confortables et dans lesquels on se sent bien.

Leila : Pareil je dirais le Sweat Rare Pearl mais j’hésite entre le rose et le noir…le noir est simple et passe-partout mais le rose est tellement stylé.

Si vous deviez vous décrire l’une à l’autre en un mot …ce serait quoi ?

Thyssina : Pour Leila ce serait la créativité.

Leïla : Pour Thyssina c’est le dynamisme…elle est dynamique et remplie de Good Vibes (rires).

Une autre collection est-elle envisagée pour BEGIN. X HOLYGHETTO ?

Thyssina : Oui c’est toujours d’actualité… on envisage de créer des accessoires mais, pour l’instant, ce serait plutôt sur les vêtements.

Leila : Exactement, on reste ouvertes à toute opportunité.

Avez-vous un conseil pour nos lectrices (motivation, entreprenariat…) ?

Thyssina : En tant que jeune auto-entrepreneuse, je dirais qu’il faut oser et faire ce que vous avez envie de faire.

Leila : (Rires) Ne pas écouter les gens…Faites ce qui vous semble juste à faire, n’ayez pas peur d’oser.

L’arnaque des outlets.

Que celle qui n’a jamais mis les pieds dans un outlet me jette la première pierre. McArthurGlen à Roubaix, La Vallée Village à Serris ou encore Quai des Marques à Franconville, ces centres commerciaux s'installent petit à petit en France. Mais si ils fourmillent de boutiques de luxe où moitié prix et promotions sont les mots d’ordre, ces promotions sont-elles bien réelles ?

Un peu d'histoire.

Le concept -révolutionnaire à l’époque- de magasin d’usine ou encore outlet en anglais, s’installe dans l’hexagone en 1936 à Troyes. 

À leurs créations, ils n’étaient accessibles qu’aux employés du fabricant, ainsi cette solution satisfaisait tout le monde puisqu’elle permettait aux ouvriers d’obtenir à prix réduit des articles qu’ils n’auraient d’ordinaire pas pu s’offrir, et au fabricant de se débarrasser de produits qui auraient été détruit. 

Si le concept s'expanse dans les années 1950, il faudra pourtant attendre près de 20 ans pour que ces outlets s’ouvrent au grand public.

McArthurGlen à Troyes.

Expectations versus...

En principe les magasins d’usines ou encore outlet en anglais servent à écouler les surstocks, les fins de série et les articles considérés comme « défectueux ».

Et bien que selon l’article L310-4 du Code du commerce « la dénomination de magasin ou de dépôt d'usine ne peut être utilisée que par les producteurs vendant directement au public la partie de leur production non écoulée dans le circuit de distribution ou faisant l'objet de retour. Ces ventes directes concernent exclusivement les productions de la saison antérieure de commercialisation, justifiant ainsi une vente à prix minoré. », c’est dans les faits, bien différent.

...Reality.

MFO ou Made For Outlet est un acronyme qui dans le milieu de la mode permet de désigner ces produits que les enseignes de prêt-à-porter font fabriquer expressément pour le marché outlet.

Aux États-Unis le Sénateur Richard Blumenthal a engagé plusieurs procédures judiciaires contre de nombreuses marques proposant dans leur outlets des produits dont les prix étaient falsifiés. Selon lui, « plus de 85% des produits présents dans les outlets sont produits exclusivement pour y être vendus, et sont vraiment différents des produits vendus en boutique. »

Résultat, si les articles paraissent similaires, il n’en est rien puisque leur qualité est généralement bien plus mauvaise et les finitions souvent mal faites.

Mais si les produits n’ont jamais été mis en vente, sur quelle base tarifaire sont proposées ces réductions affolantes ? 

Le Dr. Ngwe Donald, diplômé de Columbia et professeur assistant à Harvard, a mis en lumière une manipulation des prix mise en place par de nombreuses marques. Ses recherches ont permis de démontrer que le prix de la plupart des articles proposés par les outlets n’étaient pas les prix « originaux », et c’est même, selon lui, « une stratégie communément utilisée par certaines marques » pour laisser les consommateurs penser que l’offre qui leur est proposée, est extrêmement avantageuse.

Pour rappel la manipulation est l’action d'orienter la conduite d’une personne ou d'un groupe dans le sens qu’on désire et sans qu'ils s'en rendent compte. Ici les marques manipulent les consommateurs en falsifiant les prix affichés en outlet tout en proposant des produits de moins bonne qualité.

Aux Etats-Unis, la Federal Trade Commission qui veille à l'application du droit de la consommation et au contrôle des pratiques commerciales anticoncurrentielles dans le pays, a dans un récent article « call-out » ces pratiques plus que douteuses et a mis en garde les consommateurs contre celles-ci en leur rappelant de toujours « vérifier [sur le site de la marque] les prix des articles qu’[ils souhaitent] acheter pour être sûr qu’il y ait réellement une promotion ».

La Vallée Village à Serris.

Si de prime abord les outlets semblent être le moyen le plus efficace pour acheter des produits de luxe à des prix defiant toute concurrence, ils ne semblent finalement être qu’une vague mascarade. 

Comme l’a si bien dit la FTC : « Si c’est la qualité que vous recherchez, alors il serait peut-être mieux d’aller acheter ailleurs. Mais si c’est la marque, le style ou encore l’apparence qui sont importants pour vous, alors il se peut que les outlets soient le bon endroit ».

By TheFakeWu

DutchEnglishFrench
Produit ajouté