fbpx

Mode : Notre sélection de livres

L’été est enfin au rendez-vous. Il est donc temps de sortir vos meilleurs outfits, maillot de bain, direction la plage pour une journée détente. Et parce qu’on s’est dit quoi de mieux que de bouquiner pour se relaxer sous le soleil, on a sélectionné pour vous, nos passionnés de modes, des livres de modes à lire sans modération durant vos bronzages.

Berçons notre été avec les plus célèbres créateurs, leurs histoires ainsi que leurs créations qui font tourner des têtes depuis des années.






Le Musée de la Mode

De Coco Chanel à Alexander Wang, d'Helmut Newton à Richard Avedon... Le Musée de la Mode retrace toute l’histoire de la mode, de ses couturiers à ses photographes en passant par ses muses. Racontant près de 200 ans de création et traitant de plus de 500 noms cultes classés par ordre alphabétique, l’ouvrage est assurément le must have mode à posséder cet été. 

L’art de la mode de Catherine Ormen


Savez-vous ce qu'est une robe à la française ? 

Et le drapé de Madeleine Vionnet, qui inspira Azzedine Alaïa ?

Connaissiez-vous Rose Bertin, la styliste perso de Marie-Antoinette ? 

Avec ses 600 illustrations, du XVIIIe siècle à nos jours, ce livre explore la mode sous toutes ses coutures.

Les Catwalk des Maisons de couture

Le défilé de mode est l’événement le plus prisé de l’année pour les fans de mode comme nous. Avoir une place vaut de l’or, notamment pour les plus célèbres maisons de couture. Alors rendons accessible cela par les ouvrages qui retracent toutes les collections de leurs naissances à nos jours tels que Chanel défilés, YSL , Prada , Louis Vuitton etc. 




100 idées qui ont transformé la mode

Il existe également d’autres livres concernant la mode, plus explicatifs. Ceux-ci valent la peine d’être lus, autant pour rire que pour comprendre les enjeux de la mode. Créateurs, mannequins, presse, tout le monde doit pouvoir trouver son camp. Dans un monde qui demande sans cesse du renouvellement, il est parfois compliqué de garder sa propre ligne de vision.

J’adore la mode mais c’est tout ce que je déteste de Loïc Prigent

Icône incontournable dans le domaine de la mode, Loïc Prigent nous révèle dans ce livre tous les mots et expressions qu'il a entendus lors de ces rencontres du monde de la mode. Ainsi il se proclame porte-voix de cette fashion comedy. Un ouvrage qui ravira autant les fans de mode... que ceux qui la détestent. 



Les secrets de la mode de Yann Kerlau


Ils sont moins d’une vingtaine aujourd’hui dans le monde à tenir les rênes du marché de la mode. Ils ont pour nom Balenciaga, Christian Dior, Yves Saint Laurent, Ralph Lauren, Calvin Klein, Vivienne Westwood, Stella McCartney etc. Ils ont libéré les femmes, créé des tendances, changé le regard que nous portons sur nos contemporains, révolutionné les mœurs. Ils ont aussi créé autant d’empires sur la planète.

Derrière chacun de ces noms, il y a une réussite. Derrière chacun de ces noms, il y a un secret.

Qui a inventé le défilé de mode ? Qui libéra vraiment les silhouettes des femmes ? Comment fut créé le marketing ? Pourquoi le sac est-il devenu un marqueur social ?

Yann Kerlau, qui a travaillé pendant plus de quinze ans dans le domaine du luxe et de la mode (notamment pour Gucci et Yves Saint Laurent), a choisi de nous présenter les destins hors normes de dix-huit créateurs et de nous faire découvrir les clés de leur succès.

Les paires de lunettes de soleil tendances de cet été !

Ça sent l’été ! Le soleil repointe enfin le bout de son nez, et les restrictions sanitaires dans leurs majorités sont levées. Fini les masques qui te donnent chaud et gâche tout ton makeup (et surtout ton gloss), place à l’accessoire indispensable de l’été ; les lunettes de soleil ! ☀ 

Pour protéger tes jolis yeux du soleil, tout en étant stylée, la team MFF t’a déniché 10 paires de lunettes de soleil ultra tendance, pour les plus petits budgets comme les grands ! Il y en a de toutes les formes et pour tous les goûts 😊 

Découvrons vite ces merveilles !

1. On commence avec cette paire de lunettes vraiment stylée ! Elles viennent aussi de chez SHEIN et ne sont vraiment pas chères ! La monture est totalement transparente et les verres sont teintés d’un bleu clair ultra canon.

Mais soyons honnête. Cette paire ne protège en rien des rayons UV, mais pour l’été, elles risquent de vraiment faire la différence dans vos outfits ! 

SHEIN - Lunettes de soleil à monture en acrylique
 PRIX : 3,25€

2. On poursuit avec la tendance du moment, les paires de lunettes rectangulaires. Un modèle iconique, pour quelques euros seulement, et disponible en plusieurs coloris pour l'accorder avec vos tenues estivales. 

 SHEIN - Lunettes de soleil à montures acryliques 
PRIX : 3,50€

3. Place à une paire super chic, à la fois glamour et raffinée ! La monture dorée, les fines branches et les bords ouverts rajoutent vraiment ce côté original. De plus, on apprécie beaucoup la teinte des verres qui passe avec n’importe quelle tenue 😊 

 BOOHOO – Lunettes de soleil à bord ouvert 
PRIX : 6€

4. Les lunettes façon œil de chat (ou papillon si tu préfères) ; une pièce iconique des années 50, remise au goût du jour au cours de ces dernières années. Mention spéciale pour la monture de couleur blanche qui les rend particulièrement branchées !

PLT - Lunettes de soleil oeil de chat rétro blanches 
PRIX : 10€

5. Ensuite, voici cette magnifique paire de lunettes de soleil oversize. Un modèle directement inspiré des années 70 et une monture de couleur marron/beige super canon ! 

Le petit + : cette paire est réalisée à partir de matériaux recyclés 😉

ASOS DESIGN - Lunettes de soleil oversize style années 70 en matériaux recyclés - Effet écaille de tortue lacté 
PRIX : 13,99€

6. Cette superbe paire ovale ! C’est LA paire qui passe partout: sobre, élégante, et vintage. Sa monture ultra fine et dorée souligne parfaitement le design intemporel. Comme les précédentes, ces lunettes de soleil sont également réalisées à partir de matières réutilisées ! Stylé et recyclé 😉 

MISSGUIDED - lunettes de soleil ovales en matière recyclée à monture en métal aspect or
PRIX : 13,99€

7. Passons à ce modèle super chic. Directement inspiré des années 70 ! Sa forme hexagonale oversize et ses verres légèrement teintés font vraiment tout le charme de cette paire de lunettes de chez Maje.

MAJE - Lunettes de soleil seventies en acétate 
Prix : 190€

8. Voici un modèle très original et vraiment moderne, cette paire de chez Burberry. La forme carrée et la monture épaisse marron et un peu marbrée rajoute vraiment le côté GIRL BOSS ! En plus, elle ira parfaitement avec vos tenues les plus décontractées comme les plus classes ! 

GALERIES LAFAYETTE – Burberry lunettes de soleil DELILAH BE4327 PRIX : 220€

9. Chic et glamour, cette paire représente parfaitement la maison emblématique Versace, avec sa monture oversize en acétate et ses branches à motif Greca. D’ailleurs, on valide totalement la chaîne amovible, super pratique et branchée !

VERSACE - Lunettes de soleil à motif GRECA -  
PRIX : 390€

10. Pour finir, on vous a sélectionné une paire vraiment pas comme les autres. Un modèle signé Dolce & Gabbana, moderne, inspiré des années 60 mais surtout futuriste. Un style vraiment différent pour celles qui aiment l’originalité ! Avec ces lunettes-là, vous êtes sûr d’être protégés ! 😉 

DOLCE & GABBANA – Lunettes de soleil geometric transparency 
PRIX : 400€

Greenwashing, quand vos marques préférées se mettent au vert.

Depuis quelques années maintenant, l'argument écologique est ainsi devenu de plus en plus utilisé par les marques de fast-fashion, leur permettant ainsi de toucher une cible toujours plus engagée.

Mais sont-elles réellement soucieuses de l’écologie et de leur impact sur la planète, ou cherchent-elles seulement à vendre toujours plus ?

Bien évidemment nous ne parlerons ici que des enseignes de fast-fashion et non des petites entreprises qui produisent pour la plupart du temps de manière réellement écologique et éthique.

Greenwashing, késako ?

On parle de greenwashing pour désigner les pratiques marketing utilisé par les marques pour refléter une image éco-responsable, alors qu’il n’en est rien. Beaucoup considère ainsi le greenwashing comme de la publicité mensongère puisqu’elle promet des biens, tel que des vêtements, des produits alimentaires ou encore des voitures plus "verts" et plus soucieux de l'environnement, alors que ce n’est généralement pas le cas. 

H&M collection Conscious considérée par beaucoup comme l'exemple même du greenwashing.

Pour lutter contre cette pratique, l’Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) et l’Autorité de Régulation des Professionnels de la Publicité (ARPP) tentent d’encadrer et de limiter l’utilisation abusif d’arguments considérés comme « verts » dans les publicités.

Il existe aussi certains labels qui permettent aux consommateur de savoir si le produit qu’il achète est réellement écologique. L’un des plus complet étant le label Global Recycled Standard (GRS) qui se concentre notamment sur l’utilisation de manières recyclé, avec un minimum de 50% de matières recyclés par produit, mais aussi sur l’étique de fabrication.

Ainsi les entreprises qui acquièrent le label sont soumis à un contrôle fréquent, et se soumettent à de nombreuses exigences, tant environnementales avec un contrôle de la consommation d’eau, d’énergie et la de la production de gaze à effet de serre, que sociales avec notamment la sécurité des travailleurs, l’interdiction du travail forcé ainsi que du travail des enfants, ou encore sanitaire avec l’encadrement de l’utilisation des produits chimiques.

Le paradoxe étant que les mastodontes de la fast-fashion que l’on connait tous, et qui sont ceux qui bénéficient du plus de moyen, notamment pour payer ces certifications environnementales, ne le font tout simplement pas, bien que ces marques continuent de s’auto-certifier et de se labeliser comme étant écologiques.

Campagne We Dress Fair lance son #duvraipasduvert pour lutter contre le greenwashing.

Écolo mais pas toujours éthique...

Si certaines marques choisissent réellement de produire une partie de leur collection de manière écologique, il se cache souvent de gros problèmes éthiques. On peut ainsi citer le travaille forcé des ouïgours ou encore des enfants, le tout dans des conditions déplorables. 

Le nombre de commande étant toujours plus important, dans des délais toujours plus court et des prix toujours plus bas, amène les usines à faire appel à des sous-traitants qui travailleront plus vite et pour moins chère, et ainsi combler les exigences des grands groupes, faisant par conséquent l’impasse sur l’éthique.

Bien que l’effondrement du Rana Plaza à Dacca au Bangladesh en 2013 ait ému le monde entier, et que certaines lois ait été prises, dans les faits aucunes mesures n’est appliquée et rien ne protègent ces ouvriers souvent vulnérables et exploités par leurs patrons.

Manifestation au Bangladesh suite à l'effondrement du Rana Plaza

Si je devais conclure ce sujet je vous dirai qu’il ne faut pas uniquement se fier aux belles promesses écologiques des marques, qui -les rares fois où elles sont réelles-, cachent souvent de gros problèmes éthiques.

5 tendances qui feront votre été.

Le printemps commence à pointer le bout de son nez, et avec lui de nouvelles tendances tout droit sorties des derniers défilés. Comme pour la saison dernière, les créateurs ont dû jongler avec la pandémie et proposer des idées qui pourront répondre aux évènements auxquels nous faisons face actuellement. 

Alors comme d’habitude, on décrypte pour vous les tendances qui feront le printemps-été 2021.

Stay masked !

Il fait désormais partie de notre quotidien, alors on était obligé de commencer par lui.

La situation actuelle nous oblige à rester masqué durant de longues heures, et les marques ont su flairer le bon filon. Pratique chez Balenciaga, plus visionnaire pour Marine Serre, le masque est devenu l’accessoire mode à avoir.

Marine Serre / Balenciaga

Des silhouettes toujours plus minimalistes.

La pandémie actuelle a permis une prise de conscience pour de nombreux créateurs, qui ont choisi de revenir à l’essentiel, avec des matières nobles et des silhouettes beaucoup plus minimalistes.

Issey Miyake, Salvatore Ferragamo ou encore Ami, tous ont choisi de miser sur des couleurs sobres et des coupes épurées

Salvatore Ferragamo / AMI

Vous avez dis rose ?

En accessoire pour les plus timides, ou version color block pour celles qui osent, le rose bonbon -et ses nuances- s’impose cette saison.

Si Jason Wu nous propose des robes aux tons électriques, chez Patou on opte plutôt pour un ensemble rose dragée.

Patou / Jason Wu

Back to the 00's avec le taille basse.

On sait bien que celui-ci ne fera pas l’unanimité mais le taille basse fait son grand retour sur les défilés. 

On le portera version workwear comme chez Fendi, mais aussi décliné en jupe comme chez No.21.

No.21 / Fendi

Laissez trainer vos robes.

L’été rime souvent avec robe, et cet été en particulier tend à rimer avec robes longues, voire même très très longues.

Robe plissée pour Valentino, ou plutôt mousseline pour Isabel Marant, vous trouverez sûrement de quoi faire votre bonheur cet été?

Isabel Marant / Valentino

Des sacs XXL pour être sur de ne rien oublier.

Cette saison, les marques ont choisi de miser sur le XXL pour leurs sacs. Version matelassée pour Dolce & Gabbana, en pochette pour Louis Vuitton ou encore style sac de plage pour Etro, ils sont l’indispensable à ne pas oublier même juste pour un week-end.

Louis Vuitton SS21

Quelques autres tendances.

Le pantalon de survêtement.

Tom Ford SS21

Les sequins.

Louis Vuitton SS21

Les matières satinées.

Sportmax SS21

Les manches bouffantes.

Cecilie Bahnsen SS21

Et vous, quelle est la tendance que vous comptez suivre cet été ? Donnez nous vos avis sur les prochaines tendances sur Instagram.

Co-écrit par @TheFakeWu et Safae

Begin x Holyghetto

Aujourd’hui nous décidons de mettre un coup de projecteur sur Thyssina et Leila, deux jeunes femmes qui ont décidé de fusionner leur génie de la mode et leur créativité en créant leur première collaboration « BEGIN. X HOLYGHETTO ». 

Thyssina est une jeune étudiante ambitieuse et passionnée par la mode. Elle occupe le poste de Digital Project Manager au sein d’une agence de communication spécialisée dans le luxe à l’échelle internationale.

Avec “BEGIN.”, elle conçoit différentes pièces telles que des sweats et des t-shirts portant des messages.

Des messages aspirant les femmes à exprimer leurs valeurs à travers ce qu’elles portent.

En 2018, Leila crée sa chaîne Youtube « HOLYGHETTO » qui lui permet de cultiver un intérêt pour le montage vidéo. Aujourd’hui, elle est l’heureuse détentrice  de “KEEQ STUDIO” dans lequel elle nous fait part de son amour mais également de son talent en tant que Video Maker.

Et quand ces deux grands esprits se sont rencontrés... « BEGIN. X HOLYGHETTO » est née.

La collection propose un style streetwear féminin rempli d’une certaine légèreté et d’un caractère affirmé.

Nous avons eu le plaisir de les rencontrer et de questionner ces nouvelles fraîcheurs du streetwear parisien.

 Quels ont été vos parcours avant de créer « BEGIN. » et « HOLYGHETTO » ?

Thyssina : Auparavant, j’étais dans la communication. En 2018, j’ai intégré l’EIML Paris pour suivre un cursus en Marketing de Luxe.

Leila : Après le bac, j’ai fait du Droit et de la Sociologie. Ensuite, j’ai décidé d’entamer des études dans la Communication (…) Sur un coup de tête, j’ai créé ma chaîne YouTube « Holyghetto » ; j’ai découvert mon goût pour le montage et voilà… En janvier, ça fera 2 ans que j’ai lancé ma chaîne.

Les noms de vos marques ont-ils une signification particulière ?

Thyssina : « Begin » veut dire en anglais « commencer ». J’ai voulu rajouter un point pour marquer un renouveau, pour marquer un nouveau chapitre…c’est donc devenu « BEGIN. »

Leila : Au début, j’étais partie pour « Ghetto Flora » (rires) mais « HOLYGHETTO » me correspondait mieux (…) « Holy » veut dire en anglais « Saint » ; pour moi, c’est un rapport à ma foi religieuse. Et pour « Ghetto » (rires)...

Comment vous est venue l’idée de collaborer ensemble ?

Thyssina : En mai dernier, dans le cadre d’un devoir, notre professeur nous a demandé de travailler avec des influenceurs.

J’ai tout de suite pensé à Leïla ; je la connaissais à travers sa chaîne YouTube « Holyghetto ». Sa créativité m’a donné envie de travailler avec elle (rires).

Leila : (Rires) Dû coup, j’ai reçu un mail de Thyssina ; un long mail rempli d’enthousiasme, d’ambition… On s’est rencontrées et le feeling est super bien passé.

Quelle est votre pièce préférée de la collection BEGIN. X HOLYGHETTO ?

Thyssina : Hmm question difficile… Je dirais le Sweat Rose Rare Pearl. J’aime porter des vêtements confortables et dans lesquels on se sent bien.

Leila : Pareil je dirais le Sweat Rare Pearl mais j’hésite entre le rose et le noir…le noir est simple et passe-partout mais le rose est tellement stylé.

Si vous deviez vous décrire l’une à l’autre en un mot …ce serait quoi ?

Thyssina : Pour Leila ce serait la créativité.

Leïla : Pour Thyssina c’est le dynamisme…elle est dynamique et remplie de Good Vibes (rires).

Une autre collection est-elle envisagée pour BEGIN. X HOLYGHETTO ?

Thyssina : Oui c’est toujours d’actualité… on envisage de créer des accessoires mais, pour l’instant, ce serait plutôt sur les vêtements.

Leila : Exactement, on reste ouvertes à toute opportunité.

Avez-vous un conseil pour nos lectrices (motivation, entreprenariat…) ?

Thyssina : En tant que jeune auto-entrepreneuse, je dirais qu’il faut oser et faire ce que vous avez envie de faire.

Leila : (Rires) Ne pas écouter les gens…Faites ce qui vous semble juste à faire, n’ayez pas peur d’oser.

L’arnaque des outlets.

Que celle qui n’a jamais mis les pieds dans un outlet me jette la première pierre. McArthurGlen à Roubaix, La Vallée Village à Serris ou encore Quai des Marques à Franconville, ces centres commerciaux s'installent petit à petit en France. Mais si ils fourmillent de boutiques de luxe où moitié prix et promotions sont les mots d’ordre, ces promotions sont-elles bien réelles ?

Un peu d'histoire.

Le concept -révolutionnaire à l’époque- de magasin d’usine ou encore outlet en anglais, s’installe dans l’hexagone en 1936 à Troyes. 

À leurs créations, ils n’étaient accessibles qu’aux employés du fabricant, ainsi cette solution satisfaisait tout le monde puisqu’elle permettait aux ouvriers d’obtenir à prix réduit des articles qu’ils n’auraient d’ordinaire pas pu s’offrir, et au fabricant de se débarrasser de produits qui auraient été détruit. 

Si le concept s'expanse dans les années 1950, il faudra pourtant attendre près de 20 ans pour que ces outlets s’ouvrent au grand public.

McArthurGlen à Troyes.

Expectations versus...

En principe les magasins d’usines ou encore outlet en anglais servent à écouler les surstocks, les fins de série et les articles considérés comme « défectueux ».

Et bien que selon l’article L310-4 du Code du commerce « la dénomination de magasin ou de dépôt d'usine ne peut être utilisée que par les producteurs vendant directement au public la partie de leur production non écoulée dans le circuit de distribution ou faisant l'objet de retour. Ces ventes directes concernent exclusivement les productions de la saison antérieure de commercialisation, justifiant ainsi une vente à prix minoré. », c’est dans les faits, bien différent.

...Reality.

MFO ou Made For Outlet est un acronyme qui dans le milieu de la mode permet de désigner ces produits que les enseignes de prêt-à-porter font fabriquer expressément pour le marché outlet.

Aux États-Unis le Sénateur Richard Blumenthal a engagé plusieurs procédures judiciaires contre de nombreuses marques proposant dans leur outlets des produits dont les prix étaient falsifiés. Selon lui, « plus de 85% des produits présents dans les outlets sont produits exclusivement pour y être vendus, et sont vraiment différents des produits vendus en boutique. »

Résultat, si les articles paraissent similaires, il n’en est rien puisque leur qualité est généralement bien plus mauvaise et les finitions souvent mal faites.

Mais si les produits n’ont jamais été mis en vente, sur quelle base tarifaire sont proposées ces réductions affolantes ? 

Le Dr. Ngwe Donald, diplômé de Columbia et professeur assistant à Harvard, a mis en lumière une manipulation des prix mise en place par de nombreuses marques. Ses recherches ont permis de démontrer que le prix de la plupart des articles proposés par les outlets n’étaient pas les prix « originaux », et c’est même, selon lui, « une stratégie communément utilisée par certaines marques » pour laisser les consommateurs penser que l’offre qui leur est proposée, est extrêmement avantageuse.

Pour rappel la manipulation est l’action d'orienter la conduite d’une personne ou d'un groupe dans le sens qu’on désire et sans qu'ils s'en rendent compte. Ici les marques manipulent les consommateurs en falsifiant les prix affichés en outlet tout en proposant des produits de moins bonne qualité.

Aux Etats-Unis, la Federal Trade Commission qui veille à l'application du droit de la consommation et au contrôle des pratiques commerciales anticoncurrentielles dans le pays, a dans un récent article « call-out » ces pratiques plus que douteuses et a mis en garde les consommateurs contre celles-ci en leur rappelant de toujours « vérifier [sur le site de la marque] les prix des articles qu’[ils souhaitent] acheter pour être sûr qu’il y ait réellement une promotion ».

La Vallée Village à Serris.

Si de prime abord les outlets semblent être le moyen le plus efficace pour acheter des produits de luxe à des prix defiant toute concurrence, ils ne semblent finalement être qu’une vague mascarade. 

Comme l’a si bien dit la FTC : « Si c’est la qualité que vous recherchez, alors il serait peut-être mieux d’aller acheter ailleurs. Mais si c’est la marque, le style ou encore l’apparence qui sont importants pour vous, alors il se peut que les outlets soient le bon endroit ».

By TheFakeWu

DutchEnglishFrench
Produit ajouté